Pluie, neige, verglas : des conseils pour rouler sur chaussée glissante

Pluie, neige, verglas : des conseils pour rouler sur chaussée glissante

- dansPratique
76
0
Voiture équipée de pneus neige pour rouler en hiver en toute sécurité

Certaines conditions météorologiques, comme la pluie, la neige ou le verglas, sont particulièrement propices aux accidents de la routes. Pour rouler en toute sécurité, mieux vaut s’équiper convenablement et adapter sa façon de conduire. Parce qu’on ne conduit pas de la même façon sur une route sèche que sur une chaussée glissante, voici quelques conseils pour conduire plus prudemment.

Bien équiper sa voiture

Avant toute chose, lorsque vous prévoyez de prendre la route par mauvais temps, assurez-vous que votre voiture est bien équipée.

Premier élément à vérifier : vos pneus. En hiver, préférez des pneus neige, plus adaptés au froid. Pensez également à bien vérifier leur pression, car des pneus mal gonflés adhèrent moins bien à la route, et vous avez donc plus de risques de glisser. À la montagne, n’oubliez pas également de mettre des chaînes sur vos pneus.

Pour savoir quels pneus hiver acheter, cliquez ici.

De plus, sous la pluie ou sous la neige, la visibilité est souvent réduite. Il est donc important de pouvoir voir la route. Pour cela, vérifiez que vos balais d’essuie-glace sont en bon état, que vous avez suffisamment de lave-glace et que vos différents phares sont en bon état de marche.

Adapter sa conduite

Le risque d’accident étant accru sur route glissante, la prudence est de mise ! N’hésitez donc pas à lever le pied et à conduire plus lentement. Si vous avez peur d’arriver en retard, partez un peu plus tôt de chez vous.

En plus de votre vitesse, faites particulièrement attention aux distances de freinage. Celles-ci diffèrent non seulement en fonction de votre vitesse, mais également en fonction de la météo :

  • Sur route sèche, à 50 km/h, la distance de freinage est d’environ 12.5 mètres ;
  • Sur route mouillée, à 50 km/h, la distance de freinage est d’environ 18.75 mètres ;
  • Sur route sèche, à 120 km/h, la distance de freinage est d’environ 72 mètres ;
  • Sur route mouillée, à 120 km/h, la distance de freinage est d’environ 108 mètres.

Attention, de nombreux facteurs peuvent modifier la distance de freinage : le modèle des pneus (pneumatiques Michelin, Dunlop, Continental, etc.), l’état de la route, le poids du véhicule…

Freiner correctement

Comme vu ci-dessus, les distances de freinage sur route mouillée sont plus importantes que sur route sèche. De plus, dans ces conditions, il arrive parfois que l’on perde le contrôle de son véhicule au moment du freinage.

Pour limiter ces risques, mieux vaut adopter une conduite souple et bien anticiper le moment de freiner. L’idéal est de freiner le plus tôt possible, de préférence en ligne droite.

Si votre voiture ne dispose pas de l’ABS, faites attention à ne pas bloquer les roues en freinant !

Avoir les bons réflexes

Si malgré vos précautions, votre voiture dérape : ne paniquez pas ! Dans ce cas, n’essayez pas d’accélérer ou de freiner, mais commencez déjà par vous concentrer sur la route. Projetez votre regard dans la direction où vous souhaitez aller : si vous ne regardez que le talus, vous avez de fortes chances de finir dans le talus.

On distingue deux types de dérapages, qui demandent des réflexes différents :

  • Le sous-virage : c’est lorsque vous tournez votre volant mais que votre voiture continue d’aller tout droit. Dans ce cas, relâchez doucement la pédale d’accélérateur et ne faites pas de gestes brusques avec votre volant ;
  • Le sur-virage : c’est lorsque votre train arrière se déporte, jusqu’à parfois vous faire faire un tête à queue. Soit vous avez freiné trop fort à l’entrée d’un virage, soit vous avez accéléré trop tôt à la sortie d’un virage. Dans les deux cas, pensez à tourner votre volant dans la direction où vous souhaitez aller.
Schéma explicatif pour comprendre le survirage et le sous-virage en voiture
Source : www.ligue-frx.com

Participer à un stage de conduite

Bien souvent, on dit que la pratique vaut mieux que la théorie. Dans ce cas précis, c’est tout à fait vrai. Les meilleurs conseils ne vous aideront pas forcément à bien réagir en situation réelle.

La meilleure façon de vous y préparer est de le vivre. Pour cela, n’hésitez pas à participer à un stage de conduite. Vous serez mis en situation et apprendrez les différentes techniques qui vous permettront de garder la bonne maîtrise de votre véhicule.

De plus, il arrive parfois que ce type de stage vous permette d’obtenir une réduction de vos frais d’assurance voiture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *